ESCHATOLOGIE et BIBLE


La Bible et l'écologie :

On ne pourra pas dire qu'on ne savait pas !

"L'écologie est cette science qui traite des organismes vivants et de leur environnement.

Les écologistes étudient les gens, les animaux et les plantes dans leur propre espace vital qui est unique. Ils lancent des avertissements quand ces espaces sont menacés et détruits. Sentinelles aux portes mettant en garde contre l'ennemi de l'intérieur, ils ont été ridiculisés et menacés, tolérés et acclamés.

Mais maintenant, avec le bruit des sabots du quatrième cheval pâle qui s'approche, il est peut-être temps de le voir sous le signe de la Genèse, l'Apocalypse, et de prendre l'avertissement plus au sérieux ..." (Billy Graham 1983 : La dernière chevauchée)

Les couleurs de l'Arc-en-ciel

« Que les flots ne m’inondent plus,
Que l’abîme ne m’engloutisse pas,
Et que la fosse ne se ferme pas sur moi ! »

(Psaume 69:15)

26 décembre 2004 : l'un des plus violents tremblements de terre jamais enregistrés provoque un tsunami (raz-de-marée) anéantissant des côtes de l'Indonésie, de la Thaïlande, du Sri Lanka et le sud de l'Inde.

On a évalué les pertes humaines entre 216 000 et 232 000.

Pour ceux qui ont survécu à cette catastrophe, son souvenir demeure un cauchemar.

La folie des hommes est-elle responsable de telles hécatombes ?

Oui, si l'on songe à la multiplication des installations humaines dans des zones inondables ou soumises à toutes sortes de risques naturels plus ou moins prévisibles.

Oui, si l'on croit que l'homme, en se coupant de son Créateur, a laissé la terre et l'ensemble de la création entre les mains de forces que l'on qualifie de "calamités naturelles".

Des calamités naturelles qui se multiplient en nombre et en intensité ces dernières années sous l'influence de déséquilibres climatiques croissants.

Un processus lié à l'effet de serre que l'on n'ose imaginer IRREVERSIBLE !


1. Sombres perspectives.

Peut-on ralentir le processus actuel ?

Le GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat) estimait en 2007 le réchauffement climatique en cours "irréversible". Ces experts prévoyaient une hausse des températures moyennes entre 1,8 et 4 degrés, pouvant aller jusqu'à 6 degrés à l'horizon 2100.

Fin 2009, les estimations sont revues à la hausse : de 2 à 7 degrés en perspective pour l'an 2100 !

Toutefois, cet organisme a fait l'objet de critiques émanant notamment de la part de ceux qui contestent la réalité de l'effet de serre.

En 1997, un certain nombre de pays s'étaient entendus sur un protocole signé à Kyoto comportant des engagements modestes. Le premier pollueur du monde, les Etats-Unis, a refusé de se plier à ceux-ci. Avec l'Inde et la Chine entrées dans la frénésie de la croissance à tout prix, faut-il s'attendre sérieusement à des mesures efficaces ?

En 2007, à Bali, nouvelle conférence, nouveaux cris d'alarme, nouvelles promesses ...

En France, en 2008, le "Grenelle de l'environnement" a permis de rassembler, de débattre, de médiatiser ...

Mais concrètement, que peut-on changer ?

En 2009, à Copenhague, nouvel échec : derrière les Etats-Unis, la Chine et l'Inde emboitent le pas, refusant de mettre en jeu leur croissance économique.

En 2015, c'est à Paris que s'est tenue la COP 21 : c'est la 21ème conférence sur le climat depuis 1995 !

Elle a réuni 195 pays pour aboutir à l'accord de Paris le 12 décembre 2015.

Chacun a pu repartir satisfait et rassurer politiquement l'opinion publique.

Les pays développés se sont engagés à verser 100 milliards d'euros aux pays les plus pauvres qui souffrent le plus des dérèglements climatiques mais, vu la crise économique persistante, les plus riches allaient-ils tenir leurs promesses ?

Non ... en 2017, après son élection, Donald Trump s'est pronocé pour le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris.

Deux ans après cet accord, le One Planet Summit qui s'est tenu à Paris le 12 décembre 2017 n'a pu que constater cet état de faits.

Pour sa part, Emmanuel Macron a déclaré :

"On ne va pas assez vite et c'est ça le drame. On ne pourra pas dire qu'on ne savait pas !"

Les couleurs de l'Arc-en-ciel

Les couleurs de l'Arc-en-ciel

2. Deux approches sont envisageables ...

Les désordres climatiques générés pendant les décennies écoulées pourraient se limiter à une hausse de 2 degrés à condition d'avoir réduit de moitié les émissions de gaz à effet de serre en 2050.

Pour aboutir à un tel résultat, il faut soit réduire notre croissance économique, soit remplacer les énergies polluantes par des énergies dites renouvelables.

Rares sont ceux qui osent s'aventurer sur le terrain de la décroissance économique.

Pas un homme politique ne serait réélu avec un tel programme !

Reste la seconde approche : la promotion des énergies renouvelables.

Certes, celles-ci vont progresser si l'on se réfère aux objectifs bien tardivement adoptés par de nombreux états.

Mais la proportion de productions toxiques ne va pas pour autant décroître au niveau mondial.

En effet, la croissance en continu qui est recherchée par la plupart des gouvernements et des entreprises conduit inexorablement à une croissance parallèle des besoins énergétiques.

Au rythme constaté de la croissance mondiale (moyenne de 3 % par an de 1970 à 2008), les consommations énergétiques mondiales se sont accrues de 1,8 % chaque année, soit un doublement en 40 ans !

Une information fondamentale publiée par l'Agence Internationale de l'Energie est passée totalement inaperçue : le pic pétrolier s'est produit en 2006.

Alors que la demande mondiale continue à croître avec la montée en puissance des pays émergents (Chine, Inde, Brésil ...), la production de pétrole conventionnel s'est engagée sur la voie d'un déclin inexorable après avoir plafonné.

La crise économique a masqué cette réalité. Aucune énergie renouvelable n'est en mesure de compenser la ressource pétrolière.

Pour les amateurs de nucléaire, précisons que celui-ci ne répond pas aux besoins énergétiques des moyens de transport nationaux et internationaux qui produisent l'essentiel des gaz à effet de serre.

Sachant que les énergies fossiles (polluantes) ne sont pas inépuisables, il est clair que nous fonçons droit dans le mur ... tout en voulant encore et toujours accélérer !


3. Il y avait un jardin ...

En 1971, le chanteur Georges Moustaki murmurait : "Il y avait un jardin qu'on appelait la Terre ..."

Il ne s'agissait pas d'une évocation du jardin d'Eden ...

A cette époque, les pays occidentaux produisaient et polluaient sans se soucier du lendemain. En France, c'était les "Trente glorieuses" (1945-1973).

Les hommes ont considéré que cette Terre leur appartenait, ils ne se sont pas contentés d'en être de simples usufruitiers.

L'usufruitier a l'usus et le fructus, mais il n'a pas l'abusus, droit de vendre, abuser ou détruire qui demeure au propriétaire ou au Créateur d'une oeuvre.

Les droits de l'usufruitier sont limités par l'obligation de conserver le bien en état d’être restitué à terme au propriétaire. Cet usufruit a nécessairement une durée, alors que le droit de propriété est imprescriptible.

Imprescriptible a pour synonymes ... impérissable, immuable, inaltérable ou « Eternel » !

La Bible nous dit à ce sujet : « L’Eternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et pour le garder. » (Genèse 2:15).

L'Eternel, propriétaire de cette Terre, l'a confiée en usufruit à l'homme.

Cet usufruit concerne toute la Terre puisque l'homme était appelé à la peupler intégralement.

« Croissez et multipliez ! Remplissez la terre et soumettez-la ! Commandez aux poissons de la mer, aux oiseaux du ciel, à tous les animaux qui se meuvent sur la terre ! » (Genèse 1:28)

"Soumettre" ou "assujettir", selon les traductions bibliques, ne signifie pas "abuser" ou "détruire".

Rien d'étonnant que Dieu ait envisagé d'exercer son droit de propriétaire en constatant les abus croissants auxquels les hommes se livraient :

« Et l’Eternel dit : J’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles, et aux oiseaux du ciel ; car je me repens de les avoir faits. » (Genèse 6:7)

Après le Déluge, une nouvelle création allait voir le jour ...

« Et Dieu dit : C’est ici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous, et tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à toujours : j’ai placé mon arc dans la nue, et il servira de signe d’alliance entre moi et la terre. » (Genèse 9:12-13)

Les couleurs de l'Arc-en-ciel


Les couleurs de l'Arc-en-ciel

4. Une voix crie dans le désert ...

Cette nouvelle création n'était pas pour autant délivrée du mal.

Des millénaires se sont encore écoulés et voici venir un illuminé ...

« En ce temps-là parut Jean Baptiste, prêchant dans le désert de Judée.
Il disait : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.
Jean est celui qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète, lorsqu’il disait :
C’est ici la voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur ... »
(Matthieu 3:1-3)

Peine perdue diront certains ... comme Esaïe l'avait annoncé sept siècles avant :

« Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l’Eternel ? » (Esaïe 53:1)

Qui a entendu Jésus-Christ en son temps malgré les prédications de Jean-Baptiste et des prophètes de l'Ancien Testament ?

Qui peut croire que ce que Jésus nous annonçait il y a bientôt 2000 ans se déroule sous nos yeux ?

« Quand vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres, ne soyez pas troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin. » (Marc 13:7)

« ... il y aura des tremblements de terre en divers lieux, il y aura des famines. Ce ne sera que le commencement des douleurs. » (Marc 13:8)

« Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens. Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. » (Matthieu 24:11-12)

« Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. » (Matthieu 24:13-14)

Il y a un siècle, les hommes atteignaient les pôles nord et sud ... l'homme a peuplé et domine toute la Terre ... en 2014, le Nouveau Testament était traduit en 1866 langues parlées par 5,5 milliards de personnes ... l'Evangile pourra bientôt être proclamé dans le monde entier par Internet.

« Tout est accompli ... » a dit Jésus sur la croix !


5. Vos vieillards auront des songes ...

En 1974, René Dumont se présente en France aux élections présidentielles.

Cet homme âgé de 70 ans est le premier candidat écologiste. Seuls 1,32 % des électeurs ont entendu son appel.

Il est mort le 18 juin 2001 ... jour de commémoration d'un autre appel.

René Dumont a t'il rêvé un jour que l'humanité se repente de son comportement à l'égard de la Terre ... en particulier nos pays occidentaux ?

« Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair ; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos jeunes gens auront des visions, Et vos vieillards auront des songes. » (Actes 2:17)

Il ne s'agit pas ici de transformer René Dumont en visionnaire chrétien mais seulement d'illustrer l'incapacité humaine à écouter les avertissements ... d'où qu'ils viennent.

Dès le commencement, l'homme a choisi de n'en faire qu'à sa tête, ignorant les mises en garde :

« L’Eternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et pour le garder.

L’Eternel Dieu donna cet ordre à l’homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » (Genèse 2:15-17)

Les couleurs de l'Arc-en-ciel


Les couleurs de l'Arc-en-ciel

6. Le développement durable ?

Depuis des millénaires, l'homme a largement usé et abusé de tout ce qui lui était permis ou interdit.

J'ai compris que "les derniers jours" arrivaient à grands pas cinq ans avant de devenir chrétien.

Au mois d'août 1999, je suis allé randonner quelques jours dans le Massif du Mont Perdu, versant espagnol du cirque de Gavarnie.

En grignotant quelques vivres, j'admirais ce spectacle somptueux de rocailles désertiques entre 2000 et 3000 mètres d'altitude.

Puis la vision a tourné à l'angoisse lorsque j'ai réalisé que la Terre ressemblerait à cela dans moins d'un siècle si nous n'arrêtions pas de la défigurer.

Décidé à réagir en m'impliquant dans la vie politique, j'ai adhéré aux "Verts" à l'automne 1999.

Confronté aux querelles internes, ambitions des uns et des autres, je me suis rendu à l'évidence : ce parti, pas plus que les autres, ne changera quoi que ce soit au processus en cours, notamment lorsqu'il défend le mythe du "développement durable".

J'ai commencé à m'en éloigner en 2003 et découvert des analyses sur la décroissance qui ont contribué à m'ouvrir les yeux.

Maintenant, le "développement durable" est à la mode, récupéré par tous les partis politiques pour en faire un produit de consommation courante.

J'ai entendu un jour cette déclaration qui résume à elle seule la marchandisation du développement durable :

"Pour qu'il soit durable, un développement doit être rentable ...".

Ceci s'inscrit dans la logique qui préside au système économique mondialement dominant : le profit.

L'homme s'est toujours enflé d'orgueil ... le mythe de la "croissance économique" illimitée est une facette de son ambition démesurée qui a contaminé la planète entière.

Seulement voici : « Le temps est venu de juger les morts, de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints et ceux qui craignent ton nom, les petits et les grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre. » (Apocalypse 11.18)

Lorsque ce verset du Livre de l’Apocalypse a été écrit par l’apôtre Jean, il y a plus de 19 siècles, il ne correspondait nullement à la situation de l’époque. Car pendant des siècles les civilisations se sont développées sans mettre en péril notre planète. Il n’y avait pas lieu "de détruire ceux qui détruisent la terre."

Il faut arriver au XXème siècle pour que l’empreinte écologique des activités humaines devienne globalement supérieure aux capacités terrestres de production des ressources et d’absorption des déchets.

Ce sont essentiellement les pays occidentaux qui ont abusé de la Terre par la surexploitation du milieu ambiant et détruit celle-ci par leurs émissions polluantes. D’autres pollueurs, appelés "pays émergents", contribuent maintenant à l’accélération de ce processus irréversible.

« Voici, je jugerai entre brebis et brebis, entre béliers et boucs. Est-ce trop peu pour vous de paître dans le bon pâturage, pour que vous fouliez de vos pieds le reste de votre pâturage ? De boire une eau limpide, pour que vous troubliez le reste avec vos pieds ? Et mes brebis doivent paître ce que vos pieds ont foulé, et boire ce que vos pieds ont troublé ! » (Ezéchiel 34:17-19)


7. La crise économique

La Terre n'est pas extensible ... nous avons atteint les limites du supportable. Notre empreinte écologique dépasse ses capacités de recyclage à court terme de nos déchets.

En 2005, la population mondiale a dépassé 6,5 milliards d'habitants. Il faudrait actuellement, en moyenne mondiale, 2,5 hectares de terre émergée par individu pour absorber nos déchets et les recycler suivant un processus naturel. Nous ne les avons pas !

Depuis le milieu des années 70, la surconsommation des pays occidentaux a conduit l'ensemble de l'humanité à puiser dans ses réserves et à créer des déséquilibres croissants ...

Nous sommes entrés en 2008 dans une phase de récession économique.

La plupart des commentateurs l'ont considérée comme passagère ... comme les précédentes.

Des précédents qui se succèdent et se rapprochent ... comme les tempêtes liées aux désordres climatiques.

Depuis les années 70, la crise économique est endémique.

Notre monde est malade, que ce soit sur le plan physique, économique ou spirituel.

Passé un certain âge, un organisme vivant subit de plus en plus difficilement les épreuves du temps.

On appelle cela le vieillissement. Puis vient l'agonie ...

Après ma conversion, la lecture du livre de l'Apocalypse et de la Bible dans son ensemble ont conduit à cette conclusion :

Nous vivons les temps de la fin !

Les couleurs de l'Arc-en-ciel


« Ecris la prophétie : Grave-la sur des tables, Afin qu’on la lise couramment.

Car c’est une prophétie dont le temps est déjà fixé, Elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas ;
Si elle tarde, attends-la, Car elle s’accomplira, elle s’accomplira certainement.

Voici, son âme s’est enflée, elle n’est pas droite en lui ; Mais le juste vivra par sa foi. »

(Habakuk 2.2-4)


< < < Retour au menu < < < > > > Page suivante > > > La crise économique et financière